Que faire quand on découvre que la mère a changé l'enfant de ville et d'école égoïstement ?

Une règle d'or "se renseigner avant d'agir".


L'enfant perd : son école, ses amis, et parfois la moitié de sa propre famille.(grands parents)

Le parent floué se retrouve seul et sans véritable service publique pour l’aider.


Dans les pays normaux « évolués » cette pratique est évidement sanctionnée.


Malheureusement en France les pouvoirs publiques ne font pas leur travail ou alors seulement si on les y oblige. En effet un tribunal peut parfaitement sanctionner ce comportement, par exemple en transférant la garde à l'autre parent, mettant une amende pour l'entrave délibérée, mais non !


Le problème est malheureusement fréquent mais ca ne veut pas dire qu'il est minime.


Il faut le traiter en urgence, je vous conseille vivement de rejoindre les permanences de l'une des associations. Les adhésions sont généralement annuelles et assez peu couteuses par rapport aux enjeux, et par rapport aux tarifs des avocats.

Fuir toute violence, fuir toute provocation.


Si la distance est significative, il faudra faire une audience en urgence. Si possible faire l'audience AVANT de déménagement.

Au bout d'un an le tribunaux ne se gênera pas pour rejeter une demande trop tardive.


Le vocabulaire d'éloignement géographique est léger (EVG). Dans certains cas ceux sont simplement des rapts parentaux. Peu importe qu'ils soit légaux ou illégaux.


Évidemment à défaut d'une décision de justice satisfaisante, il reste la solution de déménager dans le département en question ce qui n'est jamais facile, d'autant que tout se fera à vos frais.(en plus du reste)


Et surtout, ne jamais accepter de délaisser ses enfants.




2 principes fondamentaux :



- L'argument visant à dire qu'il est impossible d'empêcher un parent de "voyager l'enfant" n'est pas recevable.

  En effet, s'il est actuellement impossible pour le père de déménager l'enfant à l'autre bout de la France, c'est bien la preuve que la justice est capable d'empêcher un parent  "d'embarquer"  un enfant.

   Puisque la justice est capable actuellement de le faire contre le père (d'ailleurs sans aucune difficulté), il n'y a pas de raison qu'elle ne puisse pas le faire contre la mère également.



- Le fait d'avoir un enfant limite nécessairement les droits des 2 parents.

   <<Limiter les droits des adultes là où commencent les droits de l'enfant>>

                    ET

   <<Limiter les droits des adultes là où commencent les droits du "2eme parent">>


    La justice doit comprendre que l'enfant n’est pas un simple meuble.